Soin par le son

Le son, un maître insoupçonné

Le son dans son approche globale est un des plus beaux révélateurs de notre potentialité.

Le son révèle, guérit, harmonise, unifie.
Il accompagne l’ouverture de la porte, de la Source en nous même.
Par sa pratique, il permet une plus juste et libre expression de notre Soi.
Il rééquilibre nos systèmes énergétiques, émotionnels et physiques, nous permettant de nous ouvrir en conscience au juste de ce que l’on est.
A lâcher le culturel pour exprimer notre naturel.
Le son, est un outil d’évolution interactif puissant, qui développe l’autonomie, la confiance, le positionnement, le respect et l’accueil, par l’écoute et l’expression du Soi.

Le massage sonore

Le contact vibral est le moyen le plus simple de communiquer avec le vivant.

Les vibrations rayonnent et interagissent sur la matière, nos différents corps, nos cellules, sur le vivant.

Pour mieux comprendre comment les vibrations sonores agissent sur l’organisme, on peut évoquer l’image de vagues concentriques de plus en plus larges se propageant à la surface de l’eau après que l’on y ait jeté une pierre.

Nous savons que le corps humain est composé de 70% à 80% d’eau, et qu’elle est un vecteur idéal pour les vibrations.
On peut facilement imaginer comment les vibrations sonores se répandent à travers tous les fluides corporels en massant délicatement chaque cellule, chaque organe, chaque tissu, chaque os.

Le massage sonore est un massage vibratoire unifiant le rythme, le son et le toucher.
Il nous demande l’entière disponibilité de notre Être, de vivre l’expérience de l’abandon à soi, à l’Amour.
C’est à ce moment que par le respire, nous sommes conduits à lâcher notre volonté humaine, celle qui veut bien faire, qui veut prendre soin de, qui a besoin d’être reconnue.
Pour que se vive la magie d’un voyage céleste.
Le massage sonore, danse sur la trame, la dé-construction de nos schémas, de nos mécanismes. S’accorde alors ce qui était désaccordé.
Les corps, les cellules et l’Être s’harmonisent, le stress et les tensions disparaissent, offrant alors, l’espace pour un nouveau respire.